VIH / Sida : 10 questions sur les modes de transmission

Infos Santé Sexualité

Cela fait 30 ans que le virus du SIDA a été découvert, et pourtant encore aujourd’hui, de nombreuses idées fausses circulent sur la façon dont il se transmet. C’est un vrai problème, car on ne se protège pas forcément comme il faudrait, et à l’inverse, on imagine des sources de contamination qui n’existent pas !

10 questions sur les vrais et faux risques de transmission du VIH-Sida. 

Comment se transmet le VIH ?

Le virus du sida est présent dans les 5 liquides biologiques suivants : le sang, le sperme, le liquide pré-séminal (liquide qui s’écoule du sexe de l’homme avant l’éjaculation), les sécrétions vaginales de la femme, le lait maternel.

De ce fait, le VIH ne se transmet que par 3 voies très précises :

Illustration d'un couple faisant l'amour

Les rapports sexuels non protégéspar un préservatif : pénétration vaginale, anale, et rapports bouche-sexe dans certaines circonstances. 

 
Illustration d'une injection de drogue

La transmission par le sang, qui passe par l’utilisation de matériel d’injection déjà utilisé, et qui concerne essentiellement les personnes qui se droguent par voie intraveineuse. Dans certaines régions du monde, il peut encore y avoir un risque lors de soins avec du matériel non stérilisé. 

 
Illustration d'un allaitement

La transmission de la mère à l’enfant: pendant la grossesse, l’accouchement ou en allaitant. 

 

Est-ce que je peux attraper le sida en embrassant quelqu'un ?

Embrassez qui vous voulez ! Le baiser le plus profond qui soit n’est pas un danger, pour le sida en tout cas ! Certaines personnes se demandent si les éventuelles petites plaies ou lésions dans la bouche pourraient constituer un risque de transmission. Eh bien non, redisons-le encore une fois : le baiser profond n’est pas une voie de transmission. 

Peut-on être contaminé lors d'une fellation ? D'un cunnilingus ?

Se faire faire une fellation ne constitue pas un danger, en dehors des pratiques collectives. En revanche,faire une fellation à un homme porteur du VIH comporte bien un risque de transmission du VIHen cas d’éjaculation dans la bouche, car il y a contact entre le sperme et la muqueuse de la bouche. Le risque est encore augmenté si la personne qui fait la fellation a des petites plaies dans la bouche, comme par exemple après des soins dentaires, ou si elle vient de se laver les dents.

Le cunnilingus n’est pas considéré comme risqué, dans la mesure où la salive ne transmet pas le VIH et que les sécrétions vaginales sont moins contaminantes que le sperme. Mais, il est fortement déconseillé si ce rapport a lieu durant les règles. Sachez aussi qu’à défaut du VIH, d’autres IST (infections sexuellement transmissibles) peuvent être transmises lors d’un cunnilingus : l’hépatite B et C, la syphilis, la blennorragie…

Y-a-t il un risque si je me fais faire une prise de sang ?

Il n’y a aucun risque pour vous, car le matériel utilisé aujourd’hui en France pour les prises de sang est à usage unique.

Quels sont les risques lors d'un tatouage ? d'un piercing ?

Se faire faire un tatouage et/ou un piercing comportent des risques d’infections du fait de la présence de microbes et autres bactéries, ainsi que de transmission de l’hépatite B et V. Concernant le VIH, le risque n’a pas été clairement établi. Quoi qu’il en soit, cette pratique nécessite de prendre des précautions pour éviter des infections. Tout le matériel doit être parfaitement stérilisé, les aiguilles doivent être stériles et à usage unique, tous les outils non stérilisables doivent être nettoyés et désinfectés, le tatoueur ou le pierceur doit porter des gants et se désinfecter les mains avec un savon liquide antiseptique. 

Une femme séropositive va-t-elle forcément transmettre le virus à son bébé ?

Le risque de transmission de la mère à l’enfant est limité, car désormais, avec les traitements disponibles, ce risque a été réduit à environ 1 % (sans traitement, ce taux est d’environ 20 %). Autrement dit, avec le traitement, dans 99 % des cas, une femme séropositive peut avoir un enfant en parfaite santé. Suivez bien les recommandations de votre médecin ou de la maternité.

Et si c’est le père qui est séropositif ?

Il est possible aussi d’éviter tout risque pour le bébé. Il existe des techniques à l’hôpital qui consistent à « laver » le sperme, afin de le débarrasser de toute trace du VIH. Ensuite, ce sperme sera introduit dans l’utérus de sa compagne pour laisser la fécondation se faire « naturellement », ou sera utilisé pour faire une fécondation in vitro : on met le sperme dans une éprouvette, avec des ovules prélevés sur la future maman, et ensuite, l’embryon ainsi créé est implanté dans l’utérus. Suivez bien les recommandations de votre médecin ou de la maternité.

Peut-on allaiter sans transmettre le sida ?

Un tiers des cas de transmission du virus de la mère à l’enfant ont lieu au cours de l’allaitement. Ce qui est un gros problème notamment en Afrique où le taux de femmes enceintes séropositives est important. Il est donc déconseillé, quand on est séropositive, d’allaiter son enfant si c’est possible. Suivez bien les recommandations de votre médecin ou de la maternité.

Peut-on être contaminé en buvant dans le même verre, en utilisant les mêmes couverts qu'une personne séropositive ?

Les idées fausses ont la vie dure ! Et elles continuent de faire beaucoup de mal, en provoquant des réactions de rejet, de mise à distance de personnes séropositives. Donc non ! Il n’y a AUCUN RISQUE à boire dans le même verre ou utiliser les mêmes couverts qu’une personne séropositive. Le sida n’est pas une maladie contagieuse par l’air ou la salive, que l’on attraperait en côtoyant une personne malade.

Un moustique qui vient de piquer une personne malade n'est-il pas porteur du virus ?

Non, le VIH ne se transmet pas de cette façon là, comme la dengue ou le chikungunya ! Un moustique ne peut pas transmettre le VIH.

Dépistage, le premier geste santé

Faites systématiquement un dépistage du VIH et des IST (infections sexuellement transmissibles), si vous vous trouvez dans l’une des situations suivantes :

  • vous avez eu un rapport sexuel sans préservatif avec une personne dont vous ne connaissez pas le statut sérologique (c’est-à-dire si elle est porteuse ou pas),
  • votre préservatif a glissé ou s’est déchiré lors d’un rapport sexuel,
  • vous avez eu un rapport sexuel sans préservatif avec une autre personne que votre partenaire habituel,
  • vous avez eu des relations sexuelles sans préservatif avec un(e) partenaire qui peut avoir d’autres partenaires sexuel(le)s,
  • vous avez reçu des soins avec du matériel non stérile.