Quelle contraception choisir ?

Infos Santé Sexualité

Il existe de nombreux modes de contraception efficaces : du préservatif à  la pilule, en passant par l’anneau, le patch, l’implant ou le stérilet (appelé désormais DIU, Dispositif Intra Utérin). Le point sur les principaux moyens de contraception et quelques conseils pour vous aider à choisir celui qui vous convient.

en bref

  • A chaque femme, sa contraception !
  • Quand on a des difficultés avec son mode de contraception, il ne faut pas hésiter à en changer
  • Le préservatif, masculin ou féminin, est le seul mode de contraception qui protège contre le VIH-sida et les infections sexuellement transmissibles (IST).
Illustration des différents moyens de contraception

La contraception, c’est l’ensemble des méthodes qui permettent d’éviter une grossesse. Il en existe de nombreuses, alors, comment choisir celle qui vous convient le mieux ?

En fait, tout dépend de votre situation amoureuse, familiale, professionnelle et de votre état de santé.  D’autres facteurs entrent aussi en ligne de compte : fumez-vous ? Êtes-vous amené à voyager souvent ? Avez-vous un rythme de vie irrégulier ?... Tous ces éléments vous aideront à choisir le moyen de contraception le plus adapté à votre situation, avec les conseils de votre médecin.

À quel stade de votre relation êtes-vous ?

Si vous venez de rencontrer quelqu’un ou si vous avez une relation stable, vous ne choisirez pas forcément le même type de contraception. Voici des informations qui peuvent vous aider à choisir une méthode plutôt qu’une autre.

Vous êtes au début d’une relation ? Vous avez un nouveau partenaire ?

Le préservatif, masculin ou féminin, est la meilleure solution. Il permet d’éviter une grossesse, tout en vous protégeant du VIH-sida et des infections sexuellement transmissibles (IST). Tant que vous et votre partenaire n’avez pas fait de test de dépistage, il reste indispensable. Et si vous rencontrez un accident de préservatif, n’oubliez pas la contraception d’urgence!!

Vous pouvez également utiliser un autre contraceptif en plus du préservatif, vous serez d’autant mieux protégée.

Auprès de qui s’informer ?

Photo d'une consultation gynécologique

Vous pouvez parler librement de contraception avec votre médecin (généraliste ou gynécologue), une sage femme, une conseillère de CPEF et un pharmacien. Ils sont là pour vous écouter, répondre à vos questions et vous informer. Ils vous conseilleront la méthode contraceptive la mieux adaptée à votre situation. 

 

Vous êtes en couple, vous avez une relation stable ?

Plusieurs contraceptions efficaces s’offrent à vous : la pilule, l’implant ou l’anneau vaginal. Et si vous souhaitez avoir un enfant, il vous suffira d’arrêter votre contraception en suivant les conseils de votre médecin.

La pilule. Il en existe deux sortes : la pilule « combinée » qui contient deux hormones féminines (l’œstrogène et la progestérone) et la pilule « progestative », aussi appelée microprogestative.

Dans les deux cas, les hormones utilisées ressemblent à celles que fabriquent naturellement les ovaires. L’efficacité de la pilule est supérieure à 99 %, à condition de ne pas l’oublier ! Si vous avez tendance à oublier, mieux vaut choisir une autre méthode.

ATTENTION : si vous fumez, évitez de prendre la pilule. L’association de la cigarette et des hormones augmente le risque de maladies cardio-vasculaires. Dans ce cas, préférez une contraception sans hormone : le préservatif ou le stérilet par exemple (voir ci-dessous). Et si vous souhaitez  arrêter de fumer, rendez-vous sur le dossier Je veux arrêter de fumer dans Tabac, Alcool, Drogues.

L'implant est un petit bâtonnet cylindrique, en plastique, de la taille d'une allumette. Il contient le même type de substance que les pilules progestatives. Le médecin ou la sage femme vous l’insère sous la peau du bras au moyen d'une aiguille spéciale, comme pour une prise de sang. Pour que vous n’ayez pas mal, le médecin vous prescrira une crème anesthésiante. L’implant est efficace pendant trois ans.

Photo de différents moyens contraceptifs

L'anneau vaginal, en plastique poreux, est flexible. Il contient une association d'hormones comme la pilule combinée. Vous l'insérez au fond du vagin et, grâce à la chaleur de votre corps, les hormones vont se diffuser à travers la paroi vaginale et passer dans le sang. Au bout de trois semaines, vous retirez l'anneau. Pendant la quatrième semaine, vous aurez des "règles", puis vous en remettrez un autre.

Le stérilet, terme qui est remplacé par DIU ("dispositif intra-utérin", car un DIU ne rend pas stérile...) est mis en place dans l'utérus au cours d'une consultation simple, par un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme.
 Il en existe deux types : le DIU au cuivre et le DIU qui contient une hormone progestative. Le premier, en plastique, est en forme de T et partiellement recouvert de cuivre, lequel rend les spermatozoïdes inactifs. Le second délivre une hormone progestative qui épaissit les sécrétions du col de l’utérus pour empêcher les spermatozoïdes de passer.

Le patch, facile à utiliser, protège pendant une semaine. Il faut le renouveler 3 semaines d’affilée et l’interrompre pendant une semaine. 

 

Vous venez d’avoir un enfant ?

Si vous allaitez, ne pensez pas que tout risque de grossesse est écarté. Un médecin ou une sage femme vous conseillera le meilleur moyen de contraception en fonction de votre état de santé. Ces méthodes sont différentes si vous allaitez ou non.

Il existe encore d’autres moyens de contraception, adaptés notamment pour un usage plus ponctuel comme les spermicides... sous forme de gel ou d’ovules, ils sont placés avant le rapport sexuel au fond du vagin. Souples d’utilisation, ils ne sont toutefois pas d’une efficacité totale.  

Quelle que soit la méthode de contraception que vous envisagez, n’oubliez pas que les préservatifs (masculin ou féminin) sont les seuls contraceptifs qui protègent du VIH-sida et de la plupart des autres IST. Même si vous avez une contraception très efficace, n’hésitez pas à utiliser, en plus, un préservatif.

La contraception d’urgence

Un accident de préservatif ? Une pilule oubliée ? Ces situations peuvent entraîner une grossesse, sauf si vous agissez vite. En effet, il existe une contraception dite d’urgence qui est d’autant plus efficace que vous la prenez le plus rapidement après le rapport.

Il en existe de deux sortes :

  • La première, hormonale, sous forme de comprimé, retarde l’ovulation. Jusqu’à 3 jours après le rapport, on peut l’obtenir chez en pharmacie sans ordonnance. Elle est gratuite pour les mineures et remboursée si vous avez une ordonnance. Entre 3 et 5 jours après le rapport, il faut aller voir un médecin pour obtenir une ordonnance et ensuite se rendre dans une pharmacie pour obtenir la contraception d'urgence (remboursée).
    Il ne faut pas la confondre avec les médicaments qui provoquent un avortement parce qu’elle n’a aucun effet si vous êtes déjà enceinte.
  • La seconde consiste à poser un dispositif intra-utérin (DIU ou stérilet) au cuivre qui rend les spermatozoïdes inactifs. Il doit être mis en place au maximum 5 jours après le rapport à risque.
    Quelle que soit la méthode, il faut consulter au plus vite un médecin (généraliste ou gynécologue) ou une sage-femme. Attention, une contraception d’urgence n’est pas efficace à 100 %, et elle ne vous dispense pas vérifier qu’il n’y a pas eu contamination par le VIH-sida ou une infection sexuellement transmissible.