IST, ces maladies d’amour

Infos Santé Sexualité

Les IST (Infections Sexuellement Transmissibles) sont fréquentes et concernent tout le monde. Si elles ne sont pas soignées elles peuvent être très dangereuses. Il est donc important de savoir comment s’en protéger et quand se faire dépister, surtout que la plupart des IST se soignent très bien si on s’en occupe à temps !

en bref

  • Les IST sont des infections sexuellement transmissibles. On peut les attraper principalement lors de relations sexuelles, même sans pénétration, par simples contacts, baisers ou caresses des parties intimes.
  • La plupart des IST se soignent facilement mais, non traitées, elles peuvent entraîner de graves complications.
  • Pour certaines IST il n’y a pas de signes visibles. Mais elles peuvent être graves. Si vous avez eu des pratiques sexuelles à risque (rapports sans préservatif, rapports avec plusieurs partenaires ...) il est important de faire un test de dépistage
  • Le meilleur moyen de se protéger des IST : utiliser un préservatif.

Les IST, des maladies qui peuvent être graves

Illustration d'un couple amoureux

La plupart des IST se soignent facilement mais, non traitées, elles peuvent entraîner de graves complications : grossesses qui se développent anormalement, risque de contamination du nouveau-né, stérilité... C’est par exemple le cas des chlamydioses, de la syphilis, de l’herpès.  Certaines IST peuvent être mortelles, comme le sida ou l’hépatite B. D’autres peuvent provoquer des cancers (les papillomavirus), comme celui du col de l’utérus.

Certaines infections (notamment l’herpès) peuvent être transmises au nouveau-né lors de la naissance et sont extrêmement dangereuses pour l’enfant. Quand elles sont détectées, les médecins savent quoi faire pour éviter cette transmission au bébé.

Avoir une IST, c’est également augmenter de façon importante le risque d’être infecté par le virus du VIH- Sida car ces infections rendent plus fragiles.

Les signes à surveiller de près

N’attendez pas que ça passe, n’essayez pas non plus de vous soigner seul : consultez rapidement un médecin ou rendez-vous dans un centre de dépistage.

Certains signes doivent vous alerter : des brûlures en urinant (surtout chez l’homme dans les blennorragies, souvent appelées « chaude-pisse », ou les chlamydioses), des pertes vaginales jaunâtres, des inflammations de la vulve (avec les trichomonases, les vaginoses, ...), des boutons ou des plaies au niveau de la région des organes sexuels (comme l’herpès ...) ou même sur l’ensemble du corps (comme la syphilis), des démangeaisons (avec l’herpès, les morpions ...), ou encore des espèces de verrues que l’on appelle condylomes (pour les papillomavirus).

Beaucoup de ces signes peuvent disparaître spontanément et réapparaître plus tard (comme l’herpès par exemple), parfois sous une forme différente. Mais attention : même quand il n’y a pas de signe, on reste infecté !

Attention, pour certaines IST, il n’y a pas de signes visibles. Mais elles peuvent être graves. Si vous avez eu des pratiques sexuelles à risque (rapports sans préservatif, rapports avec plusieurs partenaires ...), il est important de faire un test.

Les 2 bons réflexes : faire un test et consulter

Se soigner pour une IST, c’est bien, mais il faut également traiter votre ou vos partenaires, même si il(s) ou elle(s) ne ressentent rien. Sinon, il(s) ou elle(s) risquent de développer une maladie, et éventuellement de vous re-contaminer.

Toutes les IST se soignent et souvent avec des traitements très simples (prise de médicaments, pommades ...). Presque toutes peuvent guérir sans laisser de traces. Il faut suivre le traitement prescrit par le médecin jusqu’au bout et, pendant le traitement, toujours utiliser un préservatif avec votre partenaire.

Si elles ne sont pas soignées, les IST peuvent être dangereuses et entraîner des complications plus ou moins graves. C’est pourquoi il est important de consulter un médecin si on détecte des signes, et de se faire dépister régulièrement en cas de pratiques sexuelles à risques (rapports sans préservatif, rapports avec plusieurs partenaires ...), même en l’absence de signes ou de gênes.

Photo d'une prise de sang

Comment ne pas attraper d’IST ?

Il est important pour toutes les femmes de faire régulièrement un examen gynécologique et de rechercher les éventuels microbes qui sont à l’origine des cancers du col de l’utérus.

Le meilleur moyen de vous protéger des IST (y compris du VIH) est d’utiliser un préservatif.

Pour certaines d’entre elles comme l’hépatite B, il existe un vaccin qui peut être fait à n’importe quel âge, dès l’enfance.

On vaccine également  les jeunes filles contre le papillomavirus responsable du cancer de l’utérus.

La toilette féminine intime : un équilibre à respecter

Si vous avez une IST, il est inutile de vous laver encore plus les parties intimes. Cela ne sert à rien. Il vous faut un traitement efficace. Pour cela, consultez absolument un médecin. En règle générale, il est conseillé de se laver une ou deux fois par jour et pour les femmes,  jamais à l’intérieur du vagin. Il faut se laver uniquement l’extérieur du vagin. De l’eau savonneuse ou un produit doux pour l’hygiène intime feront l’affaire pour préserver l’équilibre naturel de ses parties intimes.