A la maison, gare à l’air que nous respirons !

Infos Santé A la Maison

Contrairement à ce que l’on pense, la pollution n’est pas seulement dehors ! En effet, l’air que nous respirons dans nos maisons n’est pas toujours de bonne qualité. Les sources de pollution de l’air intérieur sont plus nombreuses qu’on ne le croit...

Il fait bon être chez soi, loin des contraintes du travail et des tumultes de la vie extérieure. C’est d’ailleurs l’un des endroits où nous passons le plus de temps. Il est donc essentiel de préserver notre intérieur ! Tabac, plantes, moquettes, moisissures, acariens, produits d’entretien sont autant de sources de pollution qui se développent dans nos maisons et peuvent nuire à notre santé : allergies, irritations des voies respiratoires, maux de tête, voire intoxications.

Voici quelques conseils pour améliorer l’air que nous respirons chez nous.

Aérez minimum 10 minutes par jour, été comme hiver

Illustration d'une fenêtre ouverte

Premier geste indispensable, aérez tous les jours votre maison en ouvrant vos fenêtres au minimum 10 minutes. Cela permet de renouveler l’air de votre logement et de réduire la pollution. Aérez davantage encore quand vous vous livrez à certaines activités comme le ménage, la cuisine, ou que vous bricolez, pour évacuer les polluants et l’humidité générés par ces activités.

Bien sûr, l’hiver, ouvrir ses fenêtres va rafraîchir un peu l’atmosphère, mais c’est absolument nécessaire. Baissez au minimum les appareils de chauffage qui se trouvent à proximité des fenêtres pour ne pas gaspiller de l’énergie. Et tant que vos fenêtres sont grand ouvertes, gardez l’œil très ouvert aussi : si vous avez des enfants en bas âge, ne les laissez jamais seuls dans ces pièces.

Laissez respirer votre maison

Deuxième geste de prévention : la ventilation de la maison. Elle permet de renouveler lentement l’air tout au long de la journée et de la nuit. Si votre logement dispose de grilles d’aération, ne les bouchez surtout pas. En effet, elles permettent à l’air pollué de sortir de la maison et à l’air extérieur d’y entrer.

Si vous êtes équipé d’une VMC (ventilation mécanique contrôlée), c’est-à-dire d’un système d’aspiration de l’air pollué de votre maison (l’air est aspiré dans des tuyaux et rejeté à l’extérieur), ne l’arrêtez pas. Au contraire, faites contrôler la VMC par un spécialiste tous les 3 ans.

Attention : une bonne ventilation ne vous dispense pas du conseil n°1 : l’aération…

Traquez les sources de pollution

Aérer et ventiler, c’est bien, mais cela n’élimine pas les causes. Pour respirer un air plus sain chez soi, il faut identifier et agir sur les sources de la pollution de votre maison.

Le premier polluant présent dans les logements, c’est le tabac ! Pourtant, fumer chez soi est mauvais, pour votre santé mais aussi pour celle de vos proches. Même en ouvrant les fenêtres, sachez que les composants de la fumée restent dans l’air. Ils sont absorbés par les rideaux, tissus, moquettes, qui les maintiennent bien présents dans votre maison. Le mieux donc, si vous fumez, est de sortir dehors et de demander à vos invités d'en faire autant.

Illustration d'une buanderie

Autre source de pollution sur laquelle vous pouvez agir : tous les produits de la maison dont on use parfois sans modération. Certains détergents, désinfectants, parfums d’intérieur... contiennent des substances chimiques qui sont nocives pour la santé. Faites des économies, n’achetez que ceux qui sont indispensables et diminuez au maximum les quantités utilisées. Quand vous faites le ménage, aérez largement, pendant et après. Evitez les parfums d’intérieur, les bougies, l’encens... qui contiennent des matières chimiques qui sont mauvaises pour la santé.

Si dans votre famille, une personne présente un des signes suivants : nausées, vomissements, brûlures, allergies, problèmes respiratoires, prenez cela au sérieux et appelez les secours : 112,18 ou 15.

Attention aux intoxications liées au monoxyde de carbone

Illustration d'un chauffage au gaz

Si vous possédez des appareils à combustion (c’est-à-dire qui fonctionnent au gaz, pétrole, charbon, bois, fuel ...) pour le chauffage, la production d’eau chaude, ou la cuisson, soyez très vigilant ! En effet, en cas de mauvais fonctionnement (ou mauvaise utilisation), ces appareils peuvent provoquer des intoxications mortelles au monoxyde de carbone.

Le monoxyde de carbone est un gaz inodore – qui ne dégage aucune odeur –, invisible et mortel, parfois en moins d’une heure. Chaque année, en France, près de 5 000 personnes sont victimes d’une intoxication liée à ce gaz, et une centaine de personnes en meurent.

Chaque année, faites bien vérifier vos installations par un professionnel, faites ramoner les conduits de fumée et de cheminée. Aérez votre logement tous les jours et nettoyez la ventilation de votre logement.

En cas de grand froid, n’utilisez les chauffages d’appoint que sur de courtes durées, jamais en continu. Et surtout, ne vous chauffez pas avec des appareils dont ce n’est pas la fonction: cuisinière, brasero,...

Enfin, n’installez jamais un groupe électrogène dans un lieu fermé (maison, cave, garage...). Sa place est à l’extérieur des bâtiments.

Si l’un de vos proches se plaint de nausées, maux de tête, fatigue, vomissements... Il s’agit peut-être d’une intoxication au monoxyde de carbone :

  1. Aérez immédiatement en ouvrant les fenêtres et les portes,
  2. Arrêtez si possible le chauffage, le chauffe-eau et la chaudière, sortez du bâtiment,
  3. Appelez les secours : 112, 18 ou 15,
  4. Ne retournez pas à l’intérieur avant d’avoir reçu l’avis d’un professionnel.